La Nonchalante en mode hiver - courrier de l'ouest

Mis à jour : mai 21

Après une saison 2020 réussie, La Nonchalante du Florentais Vincent Pocquereau a pris les airs jeudi avant d'être sur cales jusqu'à mars. Plusieurs nouveautés sont prévues pour 2021.



La Nonchalante en mode hiver

Après une saison 2020 réussi, la Nonchalante du Florentais Vincent Pocquereau a pris les airs jeudi avant d’être mise sur cales jusqu’à mars. Plusieurs nouveautés sont prévues pour 2021.

Après une opération de sanglages sous la pluie et le vent, la Nonchalante a pris la voie des airs au-dessus des bateaux traditionnels de la base nautique de Saint-Hilaire-Saint-Florent.

Du spectacle, il y en avait ce jeudi 21 janvier 2021 à la base nautique de Saint-Hilaire-Saint-Florent.

D’abord avec une météo genre avis de tempête à ne pas sortir un chaland de l’eau, Cirés et bottes étaient de rigueur pour les curieux attirés par l’énorme grue de 80 tonnes venue de Pellouailles-les-Vignes près d’Angers à 14h30.

Ensuite avec deux mises hors d’eau. Celle de la Nonchalante, copie d’un chaland de Loire de transport de marchandises et aujourd’hui de touristes, propriété de Vincent et Émilie Pocquereau, et celle de Marquise, jolie toue cabanée de Romain Perru et Dominique Martin, restaurateurs Saumurois.

Un survol de plus de 10 mètres

La cale prévue pour l’opération n’a pu accueillir la grue en raison d’un sol devenu instable avec la pluie. L’engin s’est donc installé sur la berge bordée de bateaux traditionnels en contrebas de la base nautique.

Après une délicate opération de sanglage, les 9,6 tonnes de la Nonchalante ont pris les airs, ont survolé les embarcations lors d’une manœuvre au centimètre, avant que soient posés ses 17 mètres de long et 4,5 mètres de large aux côtés de la vénérable gabarre « Pascal-Carole ».

Sous la pluie battante, Vincent Pocquereau a enfin soufflé vers 16 heures : « Je sors le bateau chaque année pour l’entretien. On vérifie s’il n’y a pas de trace de mérule, ce champignon qui ronge le bois. On passe le nettoyeur à pression avant le goudronnage. J’ai eu l’accord du maire délégué Marcus Néron pour la laisser ici en hivernage ». Ce sera aussi l’occasion du contrôle de l’État qui intervient tous les cinq ans. Comme la Nonchalante transporte des touristes, elle se doit être impeccable et sécure. Vincent et Émilie Pocquereau vont lancer à la nouvelle saison, La Mademoiselle, toue sablière construite à Nevers avec une coque acier « façon traditionnelle ». L’épouse pilotera l’embarcation pour des sorties coucher de soleil, en complément du chaland piloté par son époux. Le couple réserve pour les sorties entre amis, la petite Loïs, toue cabanée copie du XVIIIe siècle. À l’heure du bilan 2020, de l’association Loire Évasion il est soulagé : « On s’est bien rattrapé du 15 juin jusqu’à octobre avec des touristes français. Ils sont venus du sud découvrir le Val de Loire et ils reviendront ».

Par contre, 2021 s’affiche en point d’interrogation pour Vincent Pocquereau : « Je pense que ça va faire très mal. Tant que les restaurants seront fermés, on ne travaillera pas même si nous faisons de la restauration à bord. Nous avons pris une apprentie qui se forme au tourisme à Angers, grâce aux aides de l’État ».

Il reste combatif. « Nous avons aussi un nouveau gîte flottant, le Balbuzard à quai près des ardilliers. Les réservations sont déjà complètes pour 2021. Ça reprendra bien de toute façon… »











4 vues0 commentaire